LE CERVEAU ET L'AUTO-GUERRISON

   En 1986, Joe Dispenza  a été renversé par une voiture : 6 vertèbres brisées. On lui a alors proposé une chirurgie afin de les consolider en fixant des tiges en acier inoxydable de chaque côté de la colonne vertébrale.

Il a eu l’audace de refuser cette proposition des autorités médicales pour se soigner par sa propre méthode : il croit profondément que chaque être humain a des potentiels lui permettant de s’auto-guérir, il suffit de faire appel à l’intelligence en soi et de coopérer avec elle.

Il lui a fallu 9 semaines au bout desquelles il a effectivement pu se lever en se passant de l’intervention chirurgicale préconisée dans de pareils cas comme un passage obligé.

Parlant de l’auto-guérison, cela nous rappelle Ghislaine Lanctôt qui a fait des conférences sur ce thème précis. Elle va même plus loin en affirmant que nous sommes tous des dieux qui s’ignorent, autrement dit chacun d’entre nous a le pouvoir de s’auto-guérir sans passer par la « médecine de garagiste ».

 

   Joe Dispenza a étudié la biochimie à l’université Rutgers. Il détient un baccalauréat ès sciences avec une spécialisation en neurosciences de l’université d’État Evergreen d’Olympia, dans l’État de Washington. Il a également reçu un doctorat en chiropratique de l’université Life d’Atlanta, en Géorgie.

Au nombre des scientifiques, des chercheurs et des enseignants apparaissant dans le film primé Que sait-on vraiment de la réalité !? , le docteur Joe Dispenza a prononcé des conférences dans de nombreux pays pour informer les gens sur les fonctions du cerveau humain.
 

 

 

   Comment notre cerveau garde en mémoire nos pensées, en relation avec nos émotions, Joe Dispenza explique, dans ses conférences et ses livres, que les connexions neuronales sont créées en associant pensées et émotions.

 

Imaginez que vous souhaitez arrêter de fumer:

Au centre de décision, qui va décider de fumer ou non, arrivent une multitude de connexions neuronales. Celles qui favorisent le fait de fumer, comme les associations comme la la liberté, le plaisir, le moment pour soi etc. ainsi que celles qui défavorisent le fait de fumer, comme la santé, se sentir mieux, en forme, mieux respirer etc. Arrivent aussi les connexions neuronales des pensées négatives « tu n’y arriveras jamais », « c’est trop dur », « ça fait trop longtemps que je fume » etc.

 

   Ce que Joe Dispenza explique ici, c’est que plus les connexions neuronales sont utilisées, plus elles sont « collées » à la pensée et plus leur signal électrique est important. Toujours pour simplifier, le cerveau somme l’intensité des pensées favorisantes et le compare à la somme des intensités défavorisantes, il pèse donc le pour et le contre, et un comportement est choisi en fonction du résultat. Si les pensées négatives sont plus fortes, vous continuez de fumer.

Ce qu’il explique ici, c’est que plus vous vous concentrez sur ce que vous souhaitez, comment vous le souhaitez et de quelles façons vous voulez agir, plus vous activez les nouvelles connexions et plus elles se collent et prennent de l’importance. Cette « colle » n’est pas infinie dans le sens où elle va puiser sur les connexions neuronales voisines pour alimenter celles qui en ont le plus. Ainsi, si vous alimentez fortement les connexions positives, la colle des connexions négatives va disparaître jusqu’à ce qu’elles se décollent complètement, libérant ainsi totalement la pensée négative.

On en déduit qu’il n’est pas forcément nécessaire de connaître les pensées négatives, et qu’en se concentrant sur les pensées positives le changement est possible, tout aussi naturellement. On imagine aussi très bien qu’en nettoyant les pensées négatives, en réduisant leur champ électrique et leur « colle », le changement se met en place plus rapidement.

Au fur et à mesure de ces pensées et du travail inconscient, l’attitude et les comportements positifs deviennent naturels et les pensées négatives n’existent plus dans le cerveau : vous changez.

   Pour changer, nous devons toujours avoir une vision neuve de nous-mêmes et du monde afin d’acquérir de nouvelles connaissances et de vivre d’autres expériences. La vérité, c’est que nos pensées ont des conséquences telles, qu’elles créent notre réalité, qu’elles exercent des effets tangibles sur notre existence. Alors pourquoi ne nous efforcerions-nous pas de ne jamais entretenir une pensée que nous ne voulons pas vivre ? Pourquoi ne pas concentrer notre attention sur ce que nous ne voulons pas vivre ? Pour changer sa vie, il faut changer ses croyances sur la nature de la réalité. Changer notre vie nécessite d’effectuer un changement élémentaire dans notre esprit et dans nos émotions. Si nous voulons un résultat nouveau, nous devons rompre avec nous-même et nous réinventer.

NATURE QUANTIQUE  DE LA PENSEE

    Tout ce qui existe dans l’univers physique est fait de particules subatomiques comme les électrons. Par leur nature même, ces particules, quand elles existent comme pure potentialité, sont dans leur état d’onde lorsqu’elles ne sont pas observées. Elles existent partout et nulle part jusqu’à ce qu’elles soient observées. Tout ce qui existe dans notre réalité physique est pure potentialité.
Si les particules subatomiques peuvent exister simultanément dans un nombre infini d’endroits possibles, nous sommes potentiellement capables de faire s’effondrer jusqu’à l’existence un nombre infini de réalités possibles.


Si notre esprit peut influencer l’apparence d’un électron, il peut alors théoriquement influencer l’apparence de toute possibilité.
Notre conscience - notre esprit - exerce des effets sur l’énergie - la matière - parce que cette conscience est elle-même énergie et que l’énergie possède la conscience. Nous sommes assez puissants pour influencer la matière parce que, sur le plan le plus élémentaire, nous sommes de l’énergie douée de conscience.
D’autre part, nous sommes reliés à tout ce qui existe dans le champ quantique, à cet océan d’information situé hors de l’espace et du temps. Notre corps physique est fait de schèmes ( organisation définie) d’énergie et d’information organisés avec tout ce qui est dans le champ quantique. Chacun de nous a un schème énergétique différent, porteur d’information. Notre état d’esprit fluctuant modifie ce schème, notre «signature», affecte tous les aspects de notre vie, hors de l’espace et du temps...

Changer notre vie nécessite de changer notre énergie, c’est-à-dire d’effectuer un changement élémentaire dans notre esprit et nos émotions. D’un point de vue quantique, nous devons créer un état d’être différent en tant qu’observateurs et générer une nouvelle signature électromagnétique.Si nous voulons transformer notre vie, il est nécessaire d’aligner nos pensées et nos sentiments de façon cohérente. Tout comme les ondes d’un signal sont beaucoup plus puissantes quand elles sont cohérentes, nos pensées et nos sentiments le sont aussi quand ils sont alignés. Quand nous entretenons une pensée claire de notre objectif, accompagnée d’un engagement émotionnel passionné, nous émettons un signal électromagnétique plus fort qui nous pousse vers la réalité potentielle correspondant à notre désir. Quand l’esprit et le corps s’ouvrent de concert, quand nos pensées et nos émotions sont alignées, nous émettons un signal cohérent sur les ondes de l’invisible. Cependant, il est nécessaire de ne pas nous soucier de la manière dont l’événement arrivera. C’est un acte de foi ! Bien plus, nous devons être en état de gratitude avant que le résultat ne soit là. Car l’état de gratitude - notre corps ressentant cette gratitude - transmet dans le champ quantique un signal signifiant qu’un événement s’est déjà produit.

«Rompre avec soi-même» fournit les outils nécessaires pour effectuer les changements positifs dans notre existence. Et tout spécialement différentes techniques de méditation. Car pour rompre avec soi-même, il est essentiel de développer la faculté d’observation, d’adopter le calme intérieur ou de concentrer son attention sur ses comportements et sur les éléments de l’environnement qui déclenchent une réaction émotive. En tibétain, le mot «méditer» signifie «se familiariser avec». Et pour se familiariser avec quelque chose, il faut d’abord observer pendant un certain temps. Selon la technique de méditation que je transmets, il suffit de se rappeler ce que l’on ne veut plus être, jusqu’à ce que l’on connaisse son vieux soi - les pensées, les émotions et les comportements qui lui sont associés et que l’on désire changer - au point de «dé-stimuler» et «débrancher» le vieil esprit, et de ne plus envoyer le même signal aux gènes. Il faut alors envisager répétitivement «ce que l’on veut être». Il en résultera un nouveau niveau mental auquel on conditionnera émotionnellement le corps, jusqu’à ce que ce niveau devienne assez familier pour constituer une seconde nature.
Le changement deviendra ainsi effectif.

 

Paru dans l'Agenda Plus N° 247 de Mai 2013.

 

 

VIDEOS

Conférence "PLACEBO & NEUROSCIENCE" Dr Joe Dispenza PARIS 1er février 2016

Faites évoluer votre cerveau - Joe Dispenza

Neuroscience et placebo - Dr Joe Dispenza (interviewé par Lilou Macé en direct)

Dr. Joe Dispenza - Loi de l'attraction quantique. Créer du changement à partir de l'inconnu 1/2

C'EST CELA ÊTRE CRÉATEUR:

La réalité, c'est notre vie. Notre réalité crée notre réalité personnel. Et notre personnalité est faite selon la manière dont nous pensons, dont nous agissons et dont nous nous sentons. Nous avons donc crée notre réalité personnelle. Une sorte de bulle, un sac à dos que nous transportons sur nous 24h/7j.

Si nous voulons créer une nouvelle réalité personnelle, une nouvelle vie, il faut changer la façon dont nous avons pensé jusqu'alors. Pour cela il faut devenir conscient de nos habitudes pour les modifier. Nous devons donc regarder aussi quelles sont les émotions qui nous maintiennent ancrés dans le passé et décider: " Est-ce que se sont ces émotions qui décient de mon avenir ?"

Pour changer, il faut devenir quelqu'un d'autre. Que dit la science traditionnelle? Elle explique que nous sommes conditionnés par la manière dont nous avons été constitué par nos gênes et cela va decider qui nous serons jusqu'à la fin de nos jours.

Mais les sciences les plus récentes révélent que nous sommes des merveilles d'adaptabilité. Il nous faut par conséquent démystifier le mystique et après les religions, la science est devenue le language du mysticisme. Nous sommes à un point dans l'histoire où la connaissance ne suffit plus. Maintenant on veut savoir comment faire pour se changer, se réaliser, changer ce monde et le réaliser aussi.

Nous avons un pouvoir qui se situe dans l'instant présent. Préter attention c'est être présent à soi.

Eckhart Tolle a dit:

"La peur psychologique n'a rien à voir avec la peur ressentie face à un danger concret, réel et immédiat. La peur psychologique se présente sous une multitude de formes : un malaise, une inquiétude, de l'anxiété, de la nervosité, une tension, de l'appréhension, une phobie, etc. Ce type de peur concerne toujours quelque chose qui pourrait survenir et non pas ce qui est en train d'arriver. Vous êtes dans l'ici-maintenant, tandis que votre mental est dans le futur...  La vie , c'est maintenant".

 

Si nous nous levons un matin et faisons exactement la même chose que la veille, et ainsi de suite depuis une quinzaine d'année..., notre corps est déjà programmé pour un futur préconditionné à partir de ce que nous avons déjà fait.

Et comme les émotions sont des résidus chimiques du passé, si à chaque fois que nous nous levons le matin nous nous sentons de la même manière, nous vivons dans le passé.

Et les émotions conduisent les pensées et si on ne peut pas penser au-delà de ce que l'on ressent, et par la définition même de l'émotion, vous êtes entrain de continuer à créer du passé.

A propos des pensées, Ramana  Maharshi a dit:

"Le mental n'est qu'un amas de pensées. Les pensées s'élèvent parce qu'il y a le penseur. Le penseur c'est l'égo. Si l'on cherche l'égo, il disparait automatiquement. L’égo et le mental sont la même chose; L'égo est la "pensée racine" d'où s'élèvent toutes les autres pensées. La pensée "JE" s'élève de là où le souffle descend. Les deux s'élèvent et descendent ensemble. Quand ils descendent, se manifeste simultanément un autre "JE"-"JE"", lumineux et infini, continu et ininterrompu. C'est là le but. On le désigne de divers noms: Dieu, le Soi etc."

Donc l'instant présent demande un  effort de devenir conscient de combien nous sommes inconscient. Etre conscient qu'il y a une Intelligent qui nous donne la Vie en ce moment même. Elle organise des milliards de processus (inconscients pour nous) à l'intérieur de chacune de nos cellules à chaque seconde. Elle active de nouveaux gènes, désactive des anciens gènes pour fabriquer des protéines. Elle fait battre votre coeur qui pompe un flot de sang au travers de 100 000 km de vaisseaux sanguins etc...  C'est cette Intelligence qui nous donne la vie et dont la plupart des êtres n'ont absolument pas conscience.

Cette intelligence est la même qui crée les supernovas dans d'autres galaxies. C'est aussi elle qui fait fleurir les fleurs de votre jardin.... Elle est personnelle et universelle. Elle est à l'intérieur de vous et tout autour de vous.

Et donc si nous voulons créer quelque chose de nouveau dans votre vie.... la personnalité dotée du lire arbitre ne peut le faire sauf avec beaucoup de sueur et d'huile de coude (travailler pour se payer une nouvelle voiture etc..).

C'est ici la matière qui influence la matière, dans l'espace et le temps.

Mais si nous nous orientons vers notre intérieur et interagir avec cette Intelligence cela nécessite d'être présent.

Car, celle-ci est une conscience universelle subjective qui s'aligne avec notre conscience individuelle dotée du libre arbitre. On dit alors à la Vie..."Regarde ça !!! ". Et cette Intelligence ne connaît qu'une seule réponse: OUI et ne soutient que ce que l'on est.

Ainsi si nous sommes heureux d'être malheureux, elle dit encore "OUI, QUE CELA SOIT!!!".

Pour être en harmonie avec cette Intelligence il faut laisser de côté qui l'on est, oublier ses souffrances, son conjoint ou ses enfants, son statut, son identité jusqu'à son nom. Au final cette harmonie "demande" que nous  soyons PERSONNE, AUCUNE CHOSE , NUL ENDROIT ET DANS AUCUN TEMPS. C'est à cet instant que l'on devient pur conscience.

Quand on est personne, aucune chose, aucun temps, aucun espace on est la conscience pure et c'est là que votre conscience personnelle s'aligne avec la conscience universelle. NOUS SOMMES DES CREATEURS DIVINS.

De même la science nous renseigne que lorsqu'on disperse les éléments d'un atome, tout ce qu'il reste c'est de l'énergie et de la conscience pur. Quand on dépasse notre individualité, on peut dire que l'on est la meilleure partie de nous-même.

Il faut bien comprendre enfin que ce n'est pas notre réalité personnelle qui crée notre personnalité. Ceci, c'est le statut de victime.

C'est notre personnalité qui précrée dans notre réalité personnelle. Cela, c'est être créateur.