DOUZIÈME TRAVAIL:

CAPTURE DES BŒUFS DE GERYON

LES POISSONS

20 FÉVRIER  - 20 MARS                      15 MARS - 14 AVRIL

date sidérale

   Le signe des Poissons est la 12ème initiation de la roue du zodiaque qui englobe les 11 précédents autres signes avant de fermer le cycle et de reprendre un nouveau départ avec le signe du Bélier.

Ce signe est porteur d’une mission de vie, dont le but est de servir le monde, c’est son ultime voie de réalisation. L’étape Poissons est fondamentale dans la pratique pour se libérer  des scories de l’âme.  Ce processus de libération est d’autant plus évident avec l’entrée de Neptune définitive en 2012 et maître moderne des Poissons.

Malraux a dit : "Le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas " .

  Neptune fût découvert en 1846 + 164 ans {qui est sa révolution autour du Soleil) = 2010 année du Neptune à sa position de découverte dans le 3ème décan du Verseau.

L’humanité, depuis, est passé à un autre niveau d’être dans son évolution malgré les guerres de religion, de civilisation et malgré toutes les résistances de toutes sortes …

Voyons comment le signe des Poissons est symbolisé dans le 12ème et dernier travail d'Hercule.

   Non content d'avoir envoyé Hercule aux confins méridionaux, septentrionaux et orientaux, Eurysthée, son grand instructeur, exige cette fois-ci qu'il mette le cap vers les régions inexplorées d'occident.

Le héros se voit ainsi obliger de gagner les mystérieuses terres de l'ouest et, plus précisément, l'île d'Erythie (l'actuelle Cadix, en Andalousie) car c'est là-bas qu'il est sommé de capturer le plus beau troupeau du monde.

Hercule s’élança donc en solitaire sur la Méditerranée afin d’atteindre au plus vite ces lointaines contrées. Bien vite, le héros s’ennuya sur sa barque et décida d’abréger sa croisière en débarquant sur les côtes les plus proches, en Libye. Durant plusieurs jours, il longea les côtes africaines qui le menèrent vers l’ouest.

 

   Quand Hercule atteignit enfin le bout de la Méditerranée, là où Atlas soutient la voûte céleste , il repassa sur le continent européen par l’intermédiaire d’une petite bande de terre qui relie encore le sud de l’Espagne et l’Afrique du nord : il décida de laisser une trace de sa venue dans ces contrées. Il écrasa alors ses deux énormes poings au sol ce qui ouvrit en deux l’écorce terrestre avec une secousse, comparable à un séisme et forma ainsi deux colonnes rocheuses appelées depuis “les colonnes d’Hercule”(Ceuta et Gibraltar). Mais en séparant l’Europe de l’Afrique, Hercule a involontairement ouvert ce qu’on appelle aujourd’hui le détroit de Gibraltar, en effet, la Méditerranée, jadis immense lac d’Europe, s’engouffre rapidement entre les deux colonnes et se convertit alors en mer ouverte sur l’océan Atlantique.

  Le soleil torride qui règne sur la région de Tartessos força Hercule à trouver un refuge à l’ombre. Le héros décida de défier Hélios(Apollon) et il lui décocha une flèche. Ce dernier, surpris par l’audace du héros, lui somma de ne pas tirer, il lui déclara même que la témérité de son comportement lui vaudrait un présent ; c’est ainsi qu’Hélios, loin d’être offensé par le geste d’Héraclès, lui offrit une gigantesque coupe d’or qu’il déposa dans l’océan : le héros pouvait désormais traverser l’océan sans aucun souci. D’ailleurs, il se dépêcha d’ embarquer sur l’étrange navire qui, légèrement poussé par une force mystérieuse, se dirigea rapidement vers l’île d’Erythie déjà en vue.

 

Et la tâche s'annonce plus rude qu'il n'y paraît car les superbes bœufs au pelage écarlate sont jalousement gardés par le monstrueux géant  Géryon, fils du titan Okéanos et qui a eu la particularité de naître avec trois têtes, six bras et trois corps unis à la taille ; autant dire qu'il ne laisserait personne lui confisquer son bien le plus précieux.

Malgré tout, Hercule parvînt à tuer Géryon d’une flèche empoisonnée par le sang de l’Hydre de Lerne après avoir assommé de sa massue les autres gardiens du troupeau (le chien à deux têtes Orthros, le laid géant berger Eurytion,  un dragon à sept têtes) et s’empara du bétail.

  Hercule conduisit alors le troupeau roux vers la Cité Sacrée. Ce qui ne fut pas non plus une tâche facile.

A maintes et maintes reprises, quelques bœufs s'écartèrent et Hercule dut laisser le troupeau pour aller à leur recherche. Conduisant ses animaux, il traversa les Alpes et alla en Italie.

Partout où il triomphaient les puissances du mal, il leur portait un coup mortel et rétablissait l'équilibre en faveur de la justice. Quand le lutteur Eryx le provoqua, Hercule l'envoya si violemment à terre qu'il y resta .

Quand le géant Alcyone lui lança un rocher qui pesait une tonne, Hercule attrapa celui-ci avec sa massue et le rejeta vivement pour tuer celui qui le lui avait lancé.
Il lui arriva de s'égarer, mais toujours il retournait en arrière et reprenait son voyage. Bien que fatigué par tant de travail, Hercule fut enfin de retour.

L'Instructeur l'attendait.
" Sois le bienvenu, ô fils de Dieu qui est aussi fils d'homme. Le joyau de l'immortalité est tien. Par ces douze travaux, tu as vaincu ce qui est humain et endossé le divin. Tu es revenu à la demeure pour ne plus la quitter. Sur le firmament étoilé, ton nom sera inscrit, symbole de la destinée immortelle des fils des hommes qui luttent. Les travaux humains sont terminés, tes tâches cosmiques commencent ".

LE SYMBOLISME:

Que représente le signe double des Poissons?

   Les Poissons symbolisent le salut de l'humanité et la compassion. Ce signe est double avec un poisson qui a la tête en bas et un autre qui a la tête en haut. Ils sont reliés tous les deux. L'un représente plus l'involution, la descente de l'humanité dans les ténèbres de la matière (cf article sur l'ère du taureau ds le signe du verseau) et l'autre plutôt l'évolution et le surgissement de l'humanité vers le monde spirituel.

Il y a, là, à la fois le "monde du moi" et le "monde de l'âme".

Le dilemme est de savoir où on doit mettre notre priorité: au monde de la forme ou au monde de la spiritualité ?

Tout le travail de la conscience à travers la forme est d'apprendre, de découvrir et de relationner notre âme avec le monde des formes.  En effet, cette âme connaît tout des mondes supérieures abstraits mais elle ne connaît rien de ce monde des incarnations. Or son but est d'arriver à mettre la qualité d'Amour dans ce monde (stérile à la base) des formes.

Donc non seulement l'âme est perdue ds ce monde qu'elle ne connaît pas mais en plus elle ne sait pas comment faire pour fertiliser ce monde d'Amour, à travers la forme qu'elle expérimente durant toute son évolution, depuis le caillou jusqu'à l'humain.

Les Poissons, qui symbolisent le salut de l'humanité, avertissent qu'il faut privilégier l'âme au dépend de la forme qui est par essence non pérenne car la conscience devra éclater toute forme afin de continuer à apprendre dans des  formes plus évoluées et de plus en plus subtiles.

Ainsi nous sommes passé des formes minérale aux formes végétales. Puis notre conscience ayant saturé dans ce règne, elle a changé de "support", tout en perdant la précédente mais en l'ayant synthétisée en elle, afin d'expérimenter d'autres possibilités... et ainsi de suite et à l'infinie car notre âme est éternelle. etc...

La conscience utilise ce monde des formes pour connaître, apprendre et se développer.

Elles ne sont pas le but mais sont le moyen indispensable.

Donc, le salut du monde consiste à savoir se détacher complétement de notre volonté de sauver les FORMES.

Le véritable SALUT consiste,lui, à s"apercevoir comment réussir à affirmer de plus en plus la présence de l'âme, de la conscience au sein même de la matière, de la forme.

Hercule, le Sauveur du monde:

   Un sauveur, un initié, un maître de sagesse, un grand sage, un éducateur ou un serviteur du monde (et il y en a eu beaucoup dans l'histoire)... est quelqu'un qui va avoir la mission d'enseigner et d'instruire  l'humanité... comme Platon, Lao Tseu, etc...

Mais parfois il est demandé à l'un de ces êtres d'exception non pas d'instruire mais de sauver, non pas sur un plan abstrait par la philosophie ou la méditation mais sur un plan physique et concret.

On a vu que l'un des poissons est tourné vers le bas. Et bien il est demandé au sauveur, qui a un rayonnement d'Amour pur et parfait, de pénétrer jusque dans plan physique le plus dense.

La mission du sauveur consiste donc à créer une pulsation, une hyper stimulation au sein des hommes  et de la planète afin de réveiller et révéler sur tous les plans et tous les règnes.

 

Il y en a eu 3 dans  l'histoire récente de  l'humanité: Hercule, le Bouddha et le Christ.

Hercule a transmit les règles et les étapes pour aller vers l'âme, l'être essentiel que nous sommes, tout en sortant du moi-je-centre du monde.

Le Bouddha a enseigné la transmutation du désir afin de trouver notre propre état d'âme.

Le Christ est venu pour incarner l'Amour unité.

 

Hercule et le troupeau:

L’ère des poissons:

   Le Christianisme trouva son inspiration dans l’avènement d’une Ère astronomique nouvelle, à savoir l’Ère des Poissons il y a près de 2 000 ans. Ce signe devint par ailleurs le symbole des chrétiens. L’an 112 avant JC marqua l’entrée « physique » de l’humanité dans l’Ere des Poissons avec le lever équinoxial du Soleil avec l’étoile Zeta Piscium située à 2° Bélier.

En revanche, le lever équinoxial astronomique (cycle de 2 160 ans) a débuté quant à lui en l’an 221 (ce que l’on nomme communément l’ayanamsa Fagan déterminé à partir du zodiaque des douze signes construit par les babyloniens).

Le Nouveau Testament constitue une véritable ode allégorique à l’avènement de cette ère nouvelle. Il a cependant été rédigé de manière à dénigrer très clairement le texte de l’une des plus anciennes religions monothéistes dont les auteurs se sont pourtant inspirés, à savoir la Torah (Ancien Testament) inspirée des Ères du Taureau (le mot Tora signifiant Taureau dans la langue de l’Avesta qui toutes deux évoquent le sacrifice du Taureau puisqu’il est dit dans l’hymne à la Lune que « nous sacrifions le Taureau sacré lorsque la Lune s’y trouve ») et du Bélier (la Torah évoque aussi le sacrifice du Bélier « verset 23, il est dit que « les sept jours de la fête, il offrira en holocauste à l’Eternel sept taureaux, et sept béliers sans défaut, chacun des sept jours ; plus, comme expiatoire, un bouc par jour. »

L’originalité du nouveau testament fut l’offrande des poissons qui existait déjà chez les iraniens pour marquer le lever équinoxial dans les constellations des Poissons le jour du Printemps (nouvel an en Iran). Ce qui explique que les Mages (qui vient du vieux perse « magu » signifiant prêtre) venus de Perse ont participé étroitement à la diffusion du rite de l’offrande des poissons « rouges ».

Ces « mages venus d’Orient (qui) arrivèrent à Jérusalem » selon Mathieu étaient imprégnés par la religion mazdéenne réformée du prophète Zarathoustra et annoncèrent le début d’une nouvelle ère par la naissance d’un Messie au moment d’une éclipse de Lune lors de l’équinoxe de Printemps .

L’offrande des Poissons présentée dans le Nouveau Testament découle donc directement de la culture astrologique persane diffusée par les rois mages… D’autres éléments permettent cependant de déduire que le Christianisme puise ses origines dans la culture ésotérique persane.

C’est en effet dans la Perse du IXème avant JC qu’apparut le dieu poisson Dagon représenté par des hommes habillés avec un costume de poisson. Guérisseurs et exorcistes, ces hommes-poissons possédaient un pouvoir spirituel puissant qui guérissait les maux de l’âme. Au-delà de l’action spirituelle jouée par le Pape, nous pouvons observer que le chapeau pontifical rappelle étrangement la bouche du poisson ouverte vers le ciel des hommes-poissons de la Perse. Par ailleurs, une déesse-mère nommée Cybèle vénérée à Rome possédait aussi une coiffe analogue à celle des Papes.

Bien qu’il soit fort probable que le baptême aquatique découle de la symbolique des Poissons, il semblerait que l’origine astrale du mythe se soit peu à peu égarée. Si c’est à cette période que les chrétiens furent nommés les piscis (poissons en latin) rares furent les auteurs comme Abercius d’Hiérapolis à nous en livrer une raison ésotérique : « La foi me guidait et me procurait en tout lieu pour nourriture un poisson très grand et très pur, recueilli à la source par une vierge sans tache. » La Vierge étant la constellation opposée des Poissons, on comprend mieux le sens mystique de cette explication…

Cependant, l’épitaphe d’Autun (épitaphe de Pectorios) au IIème siècle désigna aussi le Christ sous le nom d’Ichtus (Poisson) sans donner d’explication astrale à celle-ci, tout comme Saint-Augustin au IVème siècle qui donna à son tour l’explication toute aussi fumeuse selon laquelle Ichthus était le nom mystique du Christ, parce que celui-ci était descendu vivant dans l’abîme de cette vie, comme dans la profondeur des eaux.

Le lien avec l’eau est plus que significatif (poissons, action d’abreuver les signes du zodiaque, etc.) . Notons que la période de Pâques coïncide aussi à la période où se lève le Soleil dans la constellation des Poissons et le choix du Lundi, jour de la Lune, pour le célébrer n’est pas un hasard (premier dimanche qui suivant la première pleine lune equinoxiale).

Ce rite du lavage des pieds fut ensuite repris par les Papes le Jeudi (Jupiter) Saint.

En somme, la symbolique des poissons adoptée par les chrétiens tire ses origines du lever équinoxial dans la constellation des Poissons.

http://www.vrai-zodiaque.fr/wordpress/2009/12/18/l%e2%80%99avenement-de-l%e2%80%99ere-des-poissons-dans-le-nouveau-testament/

   Il lui est demandé de ramener un troupeau, symbole de l'humanité. De lui faire passer une autre rive et de lui faire faire un bond en avant jusqu'à la cité sainte.

Ce troupeau est gardé par un chien à 2 têtes qui symbolise le physique et l'émotionnel, par un berger qui incarne le mental et par le géant  et puissant Géryon  qui rappelle le Cerber (voir le signe du capricorne). Il symbolise le "moi-je" dans ses 3 corps; l'émotionnel, le mental et le corps physique.

La coupe représente la capacité pour Hercule de recevoir tout ce qui vient d'en haut et de les retranscrire, de les traduire ici bas jusqu'aux niveaux les plus concrets et les plus denses.

   Il va donc amené l'humanité à se libérer de ce "jeu" du je-moi-centre du monde symbolisé par ce voyage depuis la lointaine Espagne jusqu'à la Grèce. Un véritable chemin initiatique vers le progrès tout en rencontrant des peuples plus ou moins belliqueux qu'Hercule va civiliser. Il fait œuvre civilisatrice en libérant des peuples de tyrans ou de monstres et sans jamais perdre une tête du troupeau.

Troupeau qui, une fois arrivé à Athènes, est sacrifié à la déesse Athéna. Tout ça pour pour ça ?

Non, car dans cette énergie du poisson:

Hercule amène  à sortir l'humanité de son animalité grâce  à ce chemin intérieur, évolutionnaire et initiatique qu'il lui a insufflé.

Il invite l'être à sacrifier la personnalité au profit du monde de  l'âme... et ainsi la volonté propre de la personnalité est lâchée au profit de la volonté propre de  l'âme.

​​

   Donc à travers ce périple, on voit  l’œuvre civilisatrice d'Hercule. Mais le retour vers Athènes avec tout le troupeau ne va pas se dérouler en toute quiétude.

Bien au contraire. Car Hercule, dans ce signe double des poissons, doit redescendre dans la matière ce qui lui a été transmit par les dieux. Il va affirmer ce que être l'Amour, le partage, le chemin du disciple (celui qui se discipline).

Il va propager, son chemin durant, ce que peut être l'unité, répandre des valeurs de justice et de liberté.

 

Bien évidemment, il y a des résistances face à ces nouvelles énergies. Il doit combattre les tyrans qui ne veulent pas perdre leurs pouvoirs abusifs sur leur troupeau humain.

Hercule doit faire face à la cupidité, à l'avidité, à l'égoïsme, à l'opposition... de monstres divers qui représentent toutes les monstruosités que nous pouvons produire sur le plan émotionnel.

Les géants combattus représentent ce qu'il y a de plus indésirable dans le monde physique, les instincts les plus vils et les plus bas.

Et une fois de plus, chacun de ses tyrans, monstres et autres personnages apparaissant dans ce signe double du poisson, c'est-à-dire les êtres embourbés dans la matière et les résistances, ou le guerrier intérieur tourné vers l'Amour unité, l'évolution .... tous ces êtres...c'est nous, car nous sommes tous les personnages.

Les 7 attitudes à affirmer:

   La 1ère/ Étaler nos richesses.

Il s'agit d'étaler nos richesses intérieures, nos qualités, notre Amour etc... Il s'agit d'affirmer et de partager ces richesses avec autrui et avec soi-même. Il ne faut plus garder pour nous toutes ces pépites .

   2/ Ne pas attendre de résultats.

   3/ Ne pas chercher à sauver le monde physique.

Le monde de la matière court à sa perte car il évolue. Il est donc préférable de soutenir la conscience nouvelle du monde qui, elle, va à sa révélation.

Chaque fois que la conscience évolue, elle sécréte de nouvelles formes qui lui correspondent. C'est pour cela qu'il ne faut pas résister et avoir la peur d'en changer.

N'oublions pas que nous n’avançons que par ce qu'il y a un déséquilibre. Donc la conscience évoluant, plutôt que de vouloir rester en arrêt, en équilibre, nous nous devons de trouver les déséquilibre qui vont faire avancer la conscience et ainsi nous faire sortir du confort inconfortable dans lequel l'humanité s'est enlisée et sclérosée.

 

    4/ Voir au-delà des apparences.

C'est-à-dire qu'il faut dépasser les préjugés et les croyances quelles qu'elles soient. Qu'il faut cesser de se fier aux apparences et autres miroirs aux alouettes de ce monde de matière et y voir l'évolution de conscience qui est en marche. Pour cela il faut regarder derrière les formes.

   5/ Faire le distinguo entre le fond et la forme.

   6/ Trouver en nous les qualités fondamentales.

   7/ Affirmer ces qualités au quotidien en cessant d'alimenter tout ce qui n'est pas notre but.