LA VIERGE

22 AOUT - 21 SEPTEMBRE        16 SEPTEMBRE - 15 OCTOBRE

PRISE DE LA CEINTURE D'HIPPOLYTE

SIXIÈME TRAVAIL:

date sidérale

  RÉCAPITULATIF DU BÉLIER AU LION

   Les signes du Bélier au Lion représentent les 5 aspects du développement humain. Puis viennent les 5 stades d'initiation de l'Homme au monde de l'Âme, à partir de la Vierge. Ce sont  5 pas qui  vont permettre, progressivement jusqu'au Capricorne, de rentrer de plein pied dans le monde de l'Être.

Ce premier pas commence avec la Vierge. On va découvrir qu'on est fondamentalement Âme. Cela se termine avec le maître de sagesse, l'Initié  parfait avec le Capricorne.

Donc 5 étapes pour nous montrer comment devenir humain (du bébé vers l'adulte) puis 5 étapes pour nous expliquer comment devenir une Âme.

 

Restent le Verseau et le Poisson qui n'entrent pas dans ces 2 catégories. Ils sont la démonstration d'un initié, après le Capricorne, de ce qu'est un maître de sagesse et de ce qu'il peut réaliser.

   Les énergies du 21 août au 22 septembre 2016 : La ceinture d’Hippolyte, reine des amazones, ou « L’autre, enfer en paradis ».

A travers ce 6ème travail d’Hercule, cette 6è porte, aborde le signe de la Vierge, le premier pas vers la compréhension de ce que nous sommes : Une Âme incarnant un Être Humain.

C’est le début de la Voie de l’Union, un moment d’implication importante, deux polarités qui doivent s’unir… Ce signe nous invite à nous interroger sur la notion de se donner pour un idéal et non combattre pour un idéal.

Que devient le Moi lorsqu’il est en Quête de l’Unité ?

Comment faire l’Union entre le monde de la forme (Hyppolité) et le monde de l’Esprit (Hercule) dans notre quotidien ?

   Dans le signe du Bélier, Hercule doit capturer les Cavales mangeuses d'homme du roi Diomède. Hercule, non sans mal, parvient à capturer ces juments. Il dû pour cela apprendre à se méfier du danger que représente nos formes pensées. Il comprend à ses dépend que certaines idées ou certaines formes pensées peuvent être extrêmement destructrices.

D'où la nécessité d'apprendre l'innocuité, c'est-à-dire la capacité à devenir inoffensif en pensée, en parole et en acte quelque soit le règne de la nature, et ceci avant même de  vouloir s'occuper de donner de l'Amour.

La seconde leçon inculquée à Hercule, dans le signe du Taureau, a consisté à sublimer le monde du Désir.

Avec les Gémeaux associé à la cueillette des pommes d'Or du jardin des Hespérides, Hercule est à la recherche de la Sagesse. Il apprend à comprendre ce qu'est une véritable démarche spirituelle et découvre que la Sagesse s'acquiert à partir du moment où l'on est au service de l'humanité et que l'on cesse  à rechercher son évolution personnelle, en contradiction avec tout développement personnel.

Ensuite, dans le signe du Cancer, il est enseigner à Hercule d'où viennent formes pensées, désir et sagesse. A travers la Biche de Cérynée qu'il a attrapé, il a découvert que c'était l'Âme (son côté divin) qui progressivement l'amenait à faire ces démarches.

Enfin, avec le signe du Lion, en pénétrant un petit peu plus dans son processus d'Âme, Hercule a découvert, d'une part, qu'il était devenu une personnalité très puissante (car plus on développe l'Âme plus on développe aussi la personnalité) et d'autre part, il  a découvert un conflit fondamental avec le plan de vie personnel et le plan global de la Vie. Il s'agit donc de renoncer à tous nos plan personnel afin de se mettre au service du plan de  la Vie qui est global.

LA CEINTURE DE LA REINE DES AMAZONES

   Tout ce qui a été vu et appris par Hercule jusqu'à présent n'était que des préliminaires. Avec le signe de la Vierge nous entrons, enfin, dans le vif du sujet.

Il s'agit maintenant, après la théorie, de mettre en application et de devenir l'Âme. C'est le départ de l'Union: depuis la Vierge jusqu'au Capricorne.

Le grand instructeur demande à Hercule de passer la sixième porte. Il lui ait simplement dit qu'il faut qu'il ailler chercher au pays des terribles amazones la Ceinture que porte leur reine Hippolyte.

De son côté, cette dernière reçoit l'ordre de remettre sa ceinture à Hercule. Cette ceinture lui avait été donné par la déesse Vénus et symbolisait l’Unité, l'harmonie par le conflit et la maternité, car à travers la personnalité, symbolise par les amazones, on est capable de sentir le monde de l'Âme.

Les amazones symbolisent également la Mère. Le signe de la Vierge c'est la personnalité, Mère de l'enfant divin, car, c'est à travers la personnalité que nous nous constituons (cf. Carte du monde) progressivement que que nous arrivons à appréhender l'Âme que nous sommes.

Et on ne peut pas le faire si l'on ne passe pas par une personnalité forte.

On ne peut pas se passer de la Mère pour découvrir l'Enfant Sacré qu'elle va enfanter.

Le symbole ésotérique de la Vierge comprend trois jambage qui reprend la trinité; corps physique, corps émotionnel et corps mental.

Ce sont les trois formes qui nous constituent.

Ce symbole se termine par la boucle ou le "ventre" qui accouche de l'Âme.

Ce peuple de femmes habitait les rives du fleuve Thermodon, au nord de la Cappadoce, dans l'actuelle Turquie. Elles tueraient leurs enfants mâles ou les rendraient aveugles ou boiteux, pour ensuite les utiliser comme serviteurs, et pour assurer leur descendance elles s'uniraient une fois par an avec les hommes des peuplades voisines, dont elles choisissent les plus beaux.

Les Amazones dans la mythologie.

Ces femmes, que les Scythes appelaient Oeorpata, ne respectaient ni la justice ni la pudeur, de plus elles se mutilaient un sein droit (d'où leur nom) pour ne pas être gênées quand elles tiraient à l'arc. En fait cette légende qui apparait au Vième siècle avant notre ère est sans doute due à une mauvaise interprétation de l'éthymologie car toutes représentations antiques les montrent sans mutilation de la poitrine.

Elles étaient célèbres pour leur nature guerrière, et elles furent les premières à utiliser la cavalerie. Elles étaient armées d'arcs de bronze et utilisaient des boucliers courts en forme de demi-lune; leurs casques, leurs vêtements et leurs ceintures étaient en peaux de bêtes sauvages.

Trois reines des Amazones qui furent célèbres, Marpessa, Lampado et Hippolyté s'emparèrent d'une grande partie de l'Asie Mineure et de la Syrie et fondèrent les villes d'Ephèse, de Smyrne, de Cyrène et de Myrina.

Hippolyte y tien à ceinture car c'est aussi le symbole de sa puissance et de sa royauté. Elle a, cependant, entendu le message des dieux l'avertissant de la venue d'hommes et l'ordonnant de se défaire de son précieux objet.

Hercule, de son côté, se rend en bateau sur les rives du royaume de amazones avec une petite armée, prêt à toutes éventualités en cas de résistance et de désobéissance à la volonté des dieux.

Or, quelle ne fut pas sa surprise de voir le cortège pacifique de la reine Hippolyte l'accueillir lui et ses troupes et lui donner, lors d'une cérémonie, la céleste ceinture.

   Hippolyte et Hercule vont même commencer à s'apprécier et à s'aimer. Tout se passe  comme dans le meilleur des mondes, sauf qu'Héra, l'épouse légitime trompée par les turpitude de Zeus, père adultérin d'Hercule, ne voit pas cet idylle d'un bon œil.

Toujours prête à mettre les bâtons dans les roues d'Hercule, elle va se faire passer pour une amazone et affoler ces dernières en répandant la rumeur selon laquelle la reine avait été enlevée par Hercule et ses troupes. Aussitôt, une petite armée d'amazones se précipite sur le lieu de mouillage du navire des guerriers grecs lesquels, surpris par tant de traitrise, saisissent leurs armes. Et une bataille s'engage. Hercule, pensant avant tout à sa mission, tue la reine Hippolyte afin de lui prendre la ceinture qu'elle était venu officiellement lui remettre, et s'enfuit avec ses hommes loin des côtes.

Héra a ajuste mis le feu au poudre et Hercule se fait passer "un savon" par son grand instructeur pour avoir tué celle qui lui était chère à son cœur. Pourquoi avoir tué la Mère de l'enfant sacré, la dispensatrice de don, celle qui représente tous les possibles? Après l'échec dans le signe du Bélier, avec la mort de son ami Abdéris (1er cycle Bélier-Lion) , Hercule s'inscrit lors de ce travail à un nouveau ratage (nouveau cycle Vierge-Capricorne, tant il est omnibulé par sa mission.

Hercule n'a rien compris à sa mission. La ceinture est juste un symbole et ce n'est pas l'objet en lui même qui est important, ni la mission de la ramener aux dieux. Ce qui était demandé à Hercule, c'est de vivre ce que représente fondamentalement cette ceinture à savoir l'Unité, l'Amour, le Sacrifice de soit pour l'autre, la Foi en l'autre.

Ce qui était demandé à Hercule était de réussir à œuvrer ensemble avec Hippolyte (travail à deux = œuf christique= yin/yang) afin de réussir la même mission mais avec des énergies, des polartés différentes, à travers un processus d'Unité.

La vraie mission était l'Amour et non de se battre pour un idéal et tuer pour prendre un objet.

La vrai mission était de SE DONNER POUR UN IDÉAL. C'est pour cela que le travail d'Hercule est un échec éhonté.

LA SYMBOLIQUE DES PERSONNAGES

   Rappelons une fois encore (comme dans tous les signes traversés) que nous sommes tous les personnages à la fois.

Hercule va symboliser celui qui a un idéal d'Amour, un idéal d'Âme. Il veut tellement être dans l'Âme qu'il ne sait pas quoi faire de sa personnalité. Il va donc avoir tendance à vouloir tuer cette personnalité.

Car, la question qui est posé ici c'est: "Que devient le "moi" lorsqu'un individu se lance dans une quête spirituelle?"

Faut-il abandonner, tuer le "Moi"?

Hippolyte représente l'inverse. Elle représente surtout le monde de la forme, le monde de la personnalité, constitué par le corps physique, le corps émotionnel et le corps mental. C'est la Mère.

Les amazones représentent, elles, la Femme (-) coupée de l'Esprit (symboliquement) puisqu'elles sont la forme et la polarité masculine (+) est l'Esprit.

Hippolyte, grâce à sa ceinture en tant que forme conçoit complétement le processus de l'Âme.

Donc Hercule perçoit de son côté le monde de l'Âme, tout en étant embarrassé de sa personnalité et de l'autre Hippolyte qui conçoit très bien la personnalité mais qui est embarrassée par le monde de l'Âme.

Nous avons donc deux personnage qui sont chacun dans leur dualité et qui vont se rencontrer pour se changer mutuellement.

Héra, qui a mit le feu aux poudres, symbolise le quotidien, la preuve de l'incarnation. Elle nous révèle ce qui se passe dans la réalité de notre quotidien. C'est la mise à l'épreuve de notre amour face au concret, à la routine de la vie.

Comment va survivre notre amour par rapport à nos proches, par rapport à notre altruisme lorsque la maladie se pointe, lorsque le chômage nous ronge, lorsque des désaccords se profilent.

Combien d'Hercule sont prêt à tuer au nom de l'amour, de la religion (Amour de dieu)...?

L'UNION DE L'ÂME ET DU CORPS

   L'humanité est à la fois Hercule et à la fois Hippolyte. A la fois Âme et à la fois personnalité. On ne peut pas les séparer car on est les deux en un, en même temps; l'enfer dans le paradis.

Nous sommes les deux processus et le défi est  consiste à comprendre comment les deux peuvent s'UNIR dans le quotidien.

Nous nous devons, à chaque seconde, d'unir cette polarité d'Âme (+) avec cette polarité (-) de la personnalité à travers nos projections dans le quotidien et nos cartes du monde respectives.

Le travail consiste à se rencontrer dans l'Unité à travers soi et à se reconnaître en l'autre.

 

...SUITE ET FIN DU TRAVAIL

   Hercule et son armée font route vers  la ville de Troie. Arrivée là-bas, ils

découvrent une cité  frappée par une malédiction divine causée par son roi, Laomédon.

Ce dernier, en effet, fit bâtir les murailles de la ville par Poséidon et par Apollon.

Les travaux terminés, Laomédon refusa de payer le prix convenu ce qui heurta les dieux. La cité alors  fut punie une première fois par la peste que déchaîna Apollon et par une inondation provoquée par Poséidon, qui endommagea les murailles.
Pour mettre fin à ces fléaux, le roi roublard devra sacrifier sa jeune fille vierge, Hésione, à un monstre marin.

Ce qu'il se résigna à faire, le jour même de l'accostage d'Hercule, dans la cité troyenne.

Révulsé par un tel sacrifice, Hercule décide de délivrer Hésione mais  arrive trop tard, le monstre marin ayant déjà englouti la jeune victime.

Ni une, ni deux, le demi dieu, s'oubliant lui-même complétement, il plonge et fonde vers le monstre en hurlant pour attirer son attention.

Lui qui n'en attendait pas moins avale à son tour Hercule, lequel, descendant jusqu'à l'estomac de l'animal, trouve Hésione, transperce la panse du monstre pour s'en défaire puis remonte à la surface et la plage avec sa jeune protégée.

   Hercule entend alors son grand instructeur le féliciter d'avoir sauvé Hésione. Une vie tuée, une vie sauvée... Hercule s'est racheté. Certes, il a fait acte de mort sur celle qu'il chérissait mais il a fait acte de vie pour qui avait besoin de lui. La mission est accomplie.

Dans un second temps, si on analyse plus en profondeur ce sauvetage, il est mis ici en lumière une qualité fondamentale de l'Âme qui est le pouvoir de sauver.

Non pas de sauver physiquement mais  plutôt de sauver la forme du monde de l'absurde. Car un monde sans Âme est un monde complétement absurde, sans sens.

Quand on découvre l'Âme que l'on est, alors à ce moment là, on donne un sens. L'Âme va donner un sens fondamental aux formes en les unifiant dans un plan global.

C'est l'Âme qui nourrit et  pousse, au fil du temps,  la forme à se perfectionner. Ensemble, Âme et forme vont se développer jusqu'à ce que la forme deviennent le reflet de l'Âme qui l'habite.

Progressivement, la Mère (la personnalité) donne naissance à l'enfant (l'Âme) lequel va influencer complétement la Mère et la transformer.

Donc, tout le travail consiste à réaliser que ce qui nous donne un sens à notre vie, une direction, c'est notre alter ego.

C'est ce que réalise Hercule. L'intérêt n'était pas de sauver une forme nommée Hésione d'un monstre (666) mais de sortir de la bête, devenir le 66 et le 6. Il  sauve Hésione et révèle par cet acte d'Amour sa Lumière, son union à l' Âme.

"Quand la Lumière et l'Amour se seront révélé, que le pouvoir intérieur produise la fleur parfaite. Que le Mot qui guérit la forme prenne son essor".

 

nb/ Ce mot est le son "AUM" (phonétique "om") prononcé intérieurement, son libérateur de la forme = Âme englué dans sa propre forme (666).

Ce 666 c'est la forme.  C'est le monstre capitaliste, banquier, pharmaceutique,.., ou religieux qui nous bouffe. 

Le 66 est le monde de l'Âme et le 6 est l'Unité.