date sidérale

LE TAUREAU

20 AVRIL - 20 MAI                                    16 MAI - 15 JUIN

CAPTURE DU TAUREAU

DE CRÊTE

SECOND TRAVAIL:

    L’Homme dans ce deuxième travail est confronté à ses désirs. Comment ne pas être attaché et avancer en lâchant prise.

   Minos, le roi de la Crète, avait promis à Poséidon qu’il sacrifierait ce que le dieu de la mer ferait jaillir des flots. Il espérait ainsi protéger son île des tempêtes. Poséidon fît alors émerger des eaux un merveilleux taureau noir. Subjugué par l’animal, le roi ne put se résoudre à le tuer et l’enferma dans un enclos. Il l’utilisa alors pour agrandir ses troupeaux. En échange, il sacrifia une autre bête de son troupeau pensant confondre Poséidon. Mais ce dernier, exaspéré, s’aperçût aussitôt de la duperie. Pour punir Minos, le dieu des mers transforma le fabuleux taureau en un animal sauvage incontrôlable.

Déchaîné par une folie destructrice, l’animal ravagea les vignobles, dévasta les campagnes, fonça à travers les forêts, transperça le cœur des cités, et assaillit les habitants de la Crète.

Le roi de Mycènes et de Tirynthe, Eurysthée, son instructeur, lança donc au héros le défi de capturer l’effrayant taureau de Crète.

   Les ruines du palais du roi Midas de Cnossos ont été découvertes en 1878 par un antiquaire crétois, Minos Kalokairinos. Il a conduit les premières fouilles, mettant au jour des magasins dans l'aile ouest du palais, ainsi que des éléments de façades.

Le 16 mars 1900, un archéologue britannique, Arthur Evans, achète l'ensemble du site et entame des fouilles de grande envergure. La fouille et la restauration de Cnossos, ainsi que la découverte de la civilisation qu'il a lui-même appelée minoenne, du nom du roi légendaire Minos, sont inséparables de la personne d'Evans. Il était assisté par Duncan Mackenzie.

Sir Arthur , envouté par sa découverte se lança dans des fouilles, mais également dans une restauration partielle, qui fut elle contestée... Il n'en reste pas moins que l'archéologue effectua un travail considérable qui nous permet aujourd'hui de découvrir le palais...

Fresque du Taureau
En mythe et réalité

Seul et triste, rongé par une profonde détresse, après le fiasco de sa première épreuve (voir LE BÉLIER), Hercule traversa la méditerranée en direction de la Crète.

Il entreprit de chercher et  de trouver le taureau afin de le conduire au Lieu Saint où résidaient les hommes à l’œil unique.

De lieu en lieu, il le pista, conduit par l'étoile qui brillait sur le front du taureau, lampe claire dans l'obscurité. Cette lumière se déplaçait avec le taureau.

La Lumière est la nature de l'Univers tout entier, en relation avec la présence de l’Être. C'est l'âme, l'esprit et la Conscience. Cette Lumière est présente absolument partout y compris dans la matière la plus dense, jusque dans la particule d'un atome. Donc si la Lumière qui rayonne est partout, la Conscience l'est tout autant, même si elle est plus ou moins intense, selon le niveau d'évolution.

Par exemple, le sommet de l'évolution du monde minéral est le radium, l'uranium etc.... La lumière de leur âme parvient tellement  à irradier leur forme qu'ils sont radio-actifs.

Dans le règne du monde végétal, l'émanation de lumière à travers la forme se nomme le parfum et l'harmonie des couleurs.

Dans le règne animal, c'est l'intelligence qui caractérise cette radiance.

Et dans le règne humain, c'est être conscience de la Lumière que nous sommes, s'exprimant à travers le mental et l'intuition pure.

Toute l'action de l'humain va consister à transcender cette Lumière à travers la forme qui est très limitée car faite de matière dont la Lumière est non révélée.

Qu'est ce que cette Lumière ?
Première partie du travail:  La capture du taureau par la Lumière.

   Hercule, en vain, tenta d'attraper le fameux taureau., sans le blesser puisqu'il a l'intuition qu'il est juste de l'amener loin de Minos vers le temple sacré. Il espère un premier temps capturer la bête en l'attrapant par les cornes. Mais le taureau le se laisse pas approcher.

Dès qu'Hercule serait presque en mesure de lui sauter dessus, il se sauve  immédiatement, comme alerté par un sens caché, vers le fameux labyrinthe construit par Dédale.  Là-bas, il sème un Hercule de plus en plus démotivé très facilement.

L'animal ne se cache même pas de lui, voire il  le défie à l'attraper. Malgré ses ruses, le demi dieu est en échec total.

Dans un second temps, Hercule réfléchit à la raison de son échec. Il se dit que le taureau sacré doit sentir son désir de le capturer et qu'il le prend pour un prédateur. Donc il est normal  qu"il s'enfuit.

   Hercule essaie donc d'expliquer qu'il ne le désir pas pour lui, qu'il n'est pas un prédateur et au contraire il veut le soustraire au roi Midas qui doit le sacrifier pour le dieu Poséidon. Mais à chaque fois qu'il se rapproche de l'animal , ce dernier s'enfuit  encore et encore.

Son plan ne marche pas et Hercule est sur le point d'abandonner.

Soudain, il se rend compte que s'il ne désir pas le taureau pour lui, il a le désir de réussir sa mission. Mais comment attraper cette bête sans désir? C'est impossible !

C'est alors qu'Hercule lâche complétement prise et s'approchant du taureau il finit par distinguer au dessus de sa tête cornue une lumière qui irradie. Il se rend compte que lui-même a sa propre Lumière et ressent un sentiment d'unité avec ce taureau, sentiment qu'il n'avait jamais connu auparavant. Ayant abandonner toute idée d'attraper l'animal, Hercule s'approcha de lui, de Lumière à Lumière, comprenant maintenant que tout est Lumière, sans que le taureau ne se sauve, le chevauche en gardant cette complicité, jusqu'à Micène .

Traduction symbolique du taureau.

    Rappelons, une fois encore, que dans ce travail, comme tous les autres, nous sommes tous les personnages à la fois.

Nous sommes donc le taureau.

Les exploits  d'Hercule ont dû être rédigés  durant  l'ère du taureau qui va de 4.000 à 2.000 ans avant J.C.

L'ère du Taureau marque de sa force le début de l’hiver spirituel. Alors qu’au début de l’été l'humanité avait atteint les sphères lumineuses de l’Esprit, là, en hiver, elle commence à explorer les abysses de la Matière et à faire l’expérience de l’« ivresse du matériel ».

Cela signifie: vous commencez à vous livrer à la Matière, à oublier votre Esprit et à vendre votre âme. N’oubliez pas ceci: vous ne l’avez pas fait parce que vous êtes bêtes et naïfs (même si vous vous en êtes donné l’apparence). Vous l’avez fait parce que, précisément, vous vouliez sonder ces abîmes de l’existence, les explorer et les spiritualiser.

 

Car ce n’est pas votre corps qui a voulu prendre ce chemin mais votre esprit. Après chaque décès dans l’effroi, il envoya son étincelle dans un corps nouveau, dans l’obscurité de la Terre. L’aurait-il fait si cela avait été dénué de sens ? Même si ce chapitre est l’un des plus sombres de votre histoire, vous n’en êtes pas moins des âmes de Maîtres et des pionniers spirituels qui ont créé ces mondes pour les sublimer à la fin des temps.

La confiance et la générosité firent place au calcul et au contrôle. En même temps que la chaleur de l’ « amour de l’âme » s’entourait de voiles, la froideur de la passion physique grandissait. La fluctuation limpide et la tolérance se retirèrent alors que la rigidité et l’intolérance apparurent.

Dehors, dans le monde, la lutte pour la suprématie et la survie avait commencé. Les Mystères de votre vie avaient disparu de la surface de la Terre, soigneusement emmurés et codés, dissimulés et gardés, et n’étaient plus accessibles qu’aux « cœurs purs » et à ceux en quête véritable.

Dans ce travail, le taureau va représenter la force puissante du désir.

Il s'agit donc de notre confrontation à notre propre désir. Comment dompter , attraper le désir? Comment avoir le désir d'arrêter le désir ?

Qu'est-ce que le désir ?

   Ce n'est pas un défaut mais une force puissante d'évolution extraordinaire. C'est une force de progrès inné qui nous pousse toujours vers l'avant.

En effet, nous sommes très souvent dans le désir d'être meilleur, d'être  plus inspiré ou plus lumineux. On est certes dans un désir mais c'est celui de progresser et d'avancer.

On ne dit jamais que l'on veut être moins. Au contraire, nous sommes toujours tourné vers une amélioration de notre être.

 

Mais d'où vient cette force évolutive innée qui est en chacun de nous ?

   Nous sommes des âmes venues ici bas afin d'y amener  Lumière et Amour. En "descendant" dans la forme et la matière, notre Lumière se recouvre progressivement d'ombre, des voiles de l'émotionnel, du mental, du moi....

Cependant , il nous reste une nostalgie, un souvenir inconscient de l'Ame, de l'Unité que nous fûmes avant de nous "incarner".

Et cette Unité perdue, nous allons la chercher dans le monde physique et matériel, dans le monde émotionnel et le monde mental.

Il y a en nous ce souvenir  car  n'avons jamais cessé d'être cette Âme, nous n'avons jamais rompu le lien avec ce que nous sommes en réalité.

Ce sentiment d'incomplétude total a besoin d'être comblé afin d'éliminer ce manque qui est en chacun de nous.

On va, donc, chercher, par le désir, à combler ce sentiment d'incomplétude afin d'essayer de retrouver, dans le monde matériel, par un ersatz un semblant d'Unité et mettre fin ainsi à nos souffrances.

Cette réponse inconsciente au manque va créer en nous un besoin d'accumuler biens et richesses afin de nous donner  le sentiment d'avoir TOUT en nous.

Or c'est nous qui devons aller et exister en TOUT et non pas ramener ce TOUT à l'intérieur de nous.

Borné dans sa nature, infini dans ses vœux,

l'homme est un dieu tombé qui se souvient

des cieux.

                                                                Alphonse De Lamartine

   Nos désirs sont extraordinairement variés et ils ont pour but de répondre à nos besoins physiologiques (boire, manger, se reproduire) et nous amener au bonheur, moment éphémère où nous n'avons besoin de rien.

Il n'y a pas que le désir d'avoir et de cumuler des richesses, de la nourriture ou des conquêtes. Hercule comprends, en pourchassant le taureau sacré, qu'il y a des désirs plus lumineux.

Celui d'aider les autres, le désir de faire avancer l'humanité, d'être d'avantage dans l'Âme, le désir d'évoluer.

Il y a donc d'un côté des désirs liés au matériel et d'un autre des désirs supérieurs liés à l'Âme. Le tout s'entremêle au grès de nos expériences, comme un labyrinthe.

C'est pour cela qu'Hercule est perdu dans le dédale car il est encore à fond dans les désirs de la personnalité.

Labyrinthe de la cathédrale de Chartres.

Ainsi on peut méditer le matin et l'heure d'après insulter des personnes au volant de sa voiture. Être un instant dans un moment d'amour et l'heure d'après s'en prendre à quelqu"un d'autre pour passer sa frustration. On est bien prisonnier dans les dédales de notre labyrinthe des désirs, dans les montagnes russes de nos contradictions et incohérences.

Comment cesser les désirs ?

Il faut lâcher-prise.


   Lâcher prise, c’est renoncer à tout contrôler, à vouloir le bien de l’autre, c’est renoncer à prouver quoi que ce soit, c’est accepter que l’autre est l’autre et que moi-même, je suis qui je suis et non pas qui j’avais rêvé d’être.

Lâcher prise, c’est faire confiance, c’est signer un chèque en blanc sur l’avenir, sur cette vie et sur ce qui lui fait suite.

Lâcher prise, c’est cesser de faire le procès de la vie qui ne nous donne pas ce que nous en attendions.

En fait, lâcher prise, c’est commencer à être vraiment heureux, car le bonheur, c’est comme un sillage, il suit fidèlement celui qui ne le poursuit pas. Si l’on s’arrête pour le contempler, pour le saisir, il s’évanouit aussitôt.

À partir du moment où l’on peut lâcher prise, où l’on ne désire plus être heureux à tout prix, on découvre que le bonheur, c’est cette capacité de garder les mains ouvertes plutôt que de les laisser agrippées sur ce que nous croyons nous être indispensable.

— Rosette Poletti et Barbara Dobbs - (Petites douceurs pour le cœur, p. 25) 

C'est ce que fait d'Hercule, dans cette épreuve. Il veut  contrôler tout ce qui l'entoure, gaspille son énergie pour attraper le taureau et finit par perdre toute sérénité.

Ce n'est pas par la volonté ni par la discipline que nous allons vaincre notre taureau intérieur. Beaucoup de mystiques ont essayé par la privation, par le jeûne, par le célibat etc... pour réduire ou cesser le désir. Cela ne sert à rien car le désir de maîtriser le désir reste du désir.

Hercule comprend qu'il ne s'approchera du taureau que par sa propre Lumière.

La transmutation du désir.

    L'action de ce travail se situe en Crète. C'est une île et le processus du désir et toujours isolant. Le désir ne touche que soi-même.

Le désir altruiste n'existant pas. C'est toujours une force par rapport à un individu et s'il veut évoluer, l'être va devoir découvrir la face cachée du désir qui est la volonté d'ensemble.

C'est pour cela que le désir existe, c'est pour nous amener peu à peu à le transcender en une force lumineuse de l'Âme. Ainsi, il ne faut pas sacrifier, tuer, le taureau  car derrière lui réside une force beaucoup plus fondamentale.

C'est ce que découvre Hercule: la transmutation du désir. Il découvre qu'une fois qu'il lâche-prise, une fois qu'il regarde les choses autrement et s'ouvre à sa propre Lumière et il peut monter sur le dos de l'animal.

Il y a 4 plans sur lequel l'humanité peut s'axer pour allumer sa Lumière:

 

1/ Nous sommes chacun le Soi. Nous sommes l'Âme. Ce Soi est ce qui révèle la présence de l’Être, la Conscience.

   Par ce biais nous pouvons voir la Lumière en nous.

La psychologie est la science qui permet à l'humanité de se connaître de plus en plus  et permet de mieux comprendre les rouages complexes de l’esprit humain, de manière à pouvoir anticiper et appréhender les comportements de toutes natures. Elle permet aussi de connaître et appréhender les voiles qui se sont posés sur notre Lumière.

   "Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux"

Cette inscription est gravée au seuil du Temple de Delphes. Ce message fut approfondi par Socrate. Il pensait que tout vice provient de l'ignorance et que nul n'est délibérément mauvais. En conséquence, la vertu était la connaissance , et de la connaissance du bien découlait la bonne conduite.

A la même époque le Bouddha transmit la sagesse issue de son éveil et la méthode pour y accéder : la connaissance de soi, hors de tout dogme.

Dans le Genjokoan, chapitre qui sert d’ouverture à son œuvre principale, Maître Dogen écrivait : “Étudier le Dharma de Bouddha c’est s’étudier soi-même. S’étudier soi-même c’est s’oublier soi-même. S’oublier soi-même c’est être certifié par toutes les existences. Être certifié par toutes les existences c’est rejeter le corps et l’esprit de soi et des autres. ”

Au fur et à mesure de notre travail sur nous-même, la Lumière va nous paraître de plus en plus évidente et rayonnante. On peut voir vraiment cette Lumière briller en nous (et j'en atteste) ou simplement la ressentir clairement et limpidement.

A partir de cette révélation, toutes nos conceptions vont être chamboulées, nos désirs, notre incomplétude,..., vont évanouir. On a un autre regard  désormais, sur la Vie.

Extrait d'Un Cours en Miracles.

 2/ Regarder les autres:

  

   Nous regardons les autres comme on se regarde soi-même. On voit chez autrui ce qu'on voit soi-même. Souvent on voit chez les autres ce qu'on n'aime chez soi et qu'on nie avoir et que pourtant on a puisqu'on le voit.

Et à chaque fois que l'on progresse dans notre propre compréhension, on progresse dans celle des autres.

Pareillement, plus on voit sa propre Lumière, plus on voit la lumière d'autrui. Cela change notre relation et notre regard extérieure car on rentre dans une espèce de fraternité de Lumière. On ne voit qu'Elle. On est au-delà des apparences et par conséquence dans l'harmonie.

Le désir existe tant qu'il y a séparation, dualité et ségrégation ( sexe, couleur, religion, pays,...). Quand on redevient enfin unifié, il n'y a plus de désir.

Que font certains mystiques ? Ils désirent être UN. Mais ce n'est pas possible. Pire. Plus  l'homme veut être UN, moins il y arrive et s'éloigne du taureau symbolique. Plus Hercule désire attraper le taureau et faire unité avec lui, plus ce dernier s'échappe.

Donc on ne peut pas faire Un par le désir, expression même de la séparation.

Par contre, si je commence à regarder les autres à partir de ma propre Lumière, une nouvelle relation se fait jour, abrogeant préjugés, manipulations, domination et soumission, ainsi que les notions de comparaison, de compétitions, de paraître et de séduction.

Ainsi si le désir asservit, désirer quelqu'un c'est l'asservir. Voir en lui la Lumière, c'est le révéler...

Il y a trois types d'humain, sur cette planète:  Ceux qui asservissent les autres. Ceux qui se servent et enfin ceux qui sont au Service.

  3/ Regarder entre les choses:

   Le secret de l'unité consiste à regarder entre et non pas de regarder directement les sujets que nous voulons explorer.

Dans notre individualité, nous avons pris l'habitude de centrer notre intérêt sur une chose bien précise, afin des les étudier, les regarder .

Or, dans l'état d'esprit de la Lumière il faut regarder entre le centre d'intérêt et la globalité. C'est avoir une vision périphérique sur les choses.

Hercule, en regardant sa propre Lumière et celle du taureau sacré, découvre que tout est aussi Lumière. Celle des rochers, des végétaux qui l'entoure. Finalement il découvre un Réseau de Lumière, une interdépendance permanente de tout l'Univers.

Comprendre cela permet de se décentrer sur Soi, moi-je-centre de mon monde. Comprendre cela engendre la prise de conscience que nous faisons parti d'un TOUT entremêlé, interdépendant avec nous mais dans lequel il n'y a plus de centre.

Il y a donc un Réseau qui inter-agit et dans lequel il y a des centres d'intérêts. La Conscience de groupe n'est pas une addition d'individus qui inter-agissent, mais un Réseau sur lequel apparaissent des Êtres. C'est la valeur cachée du taureau, le désir par rapport à l'ensemble de l'humanité. Nous sommes UN, dans le partage , dans le cœur et là plus de désirs.

  4/ Regarder derrière les choses:

 

   Nous sommes par essence des êtres curieux. Ce moteur nous pousse a voir choses derrière les choses, avec une démarche vers la transparence afin  de savoir et voir au-delà.

Laurent VOULZY - Caché Derrière

Dans notre Lumière, au final, et au-delà des apparences, il n'y a rien d'autre que la Lumière omni présente derrière chaque chose et derrière chaque être. Derrière la cause des causes.... des causes, il n'y a que la Lumière. Là est la richesse.

Deuxième partie du travail:Le voyage jusqu'au temple.

   Hercule doit faire traverser la Méditerranée au taureau. L'eau représente le plan astral. Or il est dit qu'il traversa la mer sur le dos de l'animal sacré. Cela signifie que le plan émotionnel est dominé car le couple de compères.

Finalement, ils arrivent devant le temple sacré où attendent 3 cyclopes.

Habituellement, le cyclope représente un être féroce et peu recommandable. Or, ici, ce ne sont les mêmes cyclopes. Leur œil unique posé sur leur front est l’œil céleste. Ce sont de grands sages.

Ces 3 êtres représentent symboliquement les 3 aspects fondamentaux de l'Ame. Le premier, Brontès, demande ce qu'Hercule amène.

Le Second, Stéropès, demande à Hercule qui il est. Le dernier, Argès, lui demande qui lui a dit d'aller chercher le taureau.

Une fois rassasiés par ces réponses, les 3 cyclopes repartent avec eux le taureau.

Ces 3 sages représentent les 3 aspects de l'Âme:  a/ La connaissance du plan du réseau.

                                                                                      b/ Elle est Lumière et Conscience parfaite. Elle est double=Âme et personnalité.

                                                                                     c/Elle sait comment s'y prendre pour amener la Lumière partout.

A la question; "Que nous amènes-tu là ?", Hercule répond qu'il amène le taureau sacré qui ne doit pas être sacrifié. Il montre par là qu'il a parfaitement compris la quête de la transmutation du désir. Il a compris l'aspect global de la volonté divine à travers les désirs.

A la question "Qui es-tu ?", Hercule informe qu'il est à la fois Âme et personnalité et que c'est en tant qu'Âme qu'il agit, fait le travail en nous.

Tout se résume à la question "Qui suis-je ?".

Qui suis-je ? [Nan Yar] Par Ramana Maharshi (selon l'enseignement du Vedānta)

A la question "Qui t'a demandé de faire cela ?", Hercule dit qu'il a senti en lui qu'il était juste de ramener le taureau sacré au temple. Il en a parlé à son instructeur qui a validé sa mission. Il ne l'a pas fait parce qu'on lui avait demandé, ni parce qu'il avait lu dans un parchemin, ni par fanatisme religieux, ni pour la cause animale, etc...

Il a agit instinctivement par l'écoute de son intuition libératrice, de sa nécessité à se détacher des désirs et de la transmutation en volonté globale.

Donc, dans ce signe du taureau, il nous est demander de travailler sur nos désirs. De les transmuter dans quelque chose de plus global et de percevoir en nous la Lumière que nous sommes. Enfin, sentons-nous au plus profond de nous d'où vient la motivation?  Cette intuition pure et innée de notre Âme qui va nous pousser vers la lâcher-prise puis la transmutation du désir.

 

On terminera par ces phrases occultes propre au signe du taureau;

Par l'oubli de moi-même, je recueille tout ce dont j'ai besoin pour venir en aide à mes semblables.

Je vois(en tant qu'Âme avec les 4 regards). Et quand l’œil est ouvert tout est illuminé.

Il s'agit donc de se maintenir de plus en plus dans notre Lumière, de la révéler à travers tout ce que nous faisons, pensons ou touchons.